New York that big Apple

Après avoir fini mes horribles examens fatigants, un 23 décembre (Joyeux Noël!), j’ai décidé de partir pour quelques jours à Montréal. Et puis finalement, de partir un peu plus loin. Vers les USA!

Et le 30 décembre nous sommes partis en direction de New York, l’immense, l’inatteignable, la hautaine.

Pour une petite ambiance sympa
Empire state of mind - Alicia Keys
10 000 Emerald pools - BORNS

Partis pour 3 jours dans la frénésie de cette ville dont les hauteurs sont dans les nuages, dont tout le monde rêve, ou cauchemarde. Je ne suis pas quelqu’un attiré par les mégapoles, mais NYC est quelque chose à voir au moins une fois dans sa vie je pense.
L’impression d’être dans un rêve, nous aussi. En effet, les gens marchent, vite, semblent flotter dans un océan d’autres gens, tous inconnus les uns des autres. L’impression de pouvoir être n’importe qui que ça ne se remarquerait pas. Sembler normal.

IMG_0400

Pour notre première journée au milieu de cette gigantesque pomme rongée par le ver invisible mais néanmoins présent de la mondialisation, nous avons déambulé. Non pas marché, mais bien déambulé tels des orignaux handicapés qui se seraient perdus dans une forêt de béton et d’acier.

L’envie et le besoin de voir nos semblables se faisant sentir (oui oui je parle toujours des orignaux), nous nous sommes mis en marche vers le National Museum of Natural History.
Au delà de la grandeur impressionante de l’édifice, les 1001 trésors de paléontologie, anthropologie (ou encore taxidermie) que renferment ce musée. Nous avons passé plus de 4 heures à l’intérieur et 4 de plus auraient été grandement nécessaires.
Entre mammouths laineux, tyrannosaures et animaux naturalisés, mais aussi météorites et joyaux internationaux, cet endroit est une pure merveille, on s’y sent un peu comme un enfant dans un monde imaginaire (enfin, moi).

CL9A1764
Améthyste
CL9A1427
Morts ou vifs?

Retour au dehors. Nous sommes à Central Park, au milieu du seul coin de nature de New York. Il fait presque nuit, dans une ville où la vraie nuit noire n’existe pas.

CL9A1800
Central Park, vue sur les gratte-ciels

C’est le 31 décembre, on sait que Times Square est en folie, alors on essaye de s’en approcher. Seulement, des barrières de police sont postés à chaque intersection. « No backpack » me dit le flic, il me répète que si je veux entrer, je dois jeter mon sac à dos à la poubelle, et ne veut même pas le fouiller. No way non plus, je ne jette pas mon sac que j’aime d’amour inconditionnel juste pour rentrer dans le centre ville menaçant d’une mégalopole en rut (#colère). Un peu dégoûtée de cet esprit de flic qui ne cherchait à rien savoir et respectait juste des ordres stupides (même si je sais au fond de moi que ce flic suivait seulement les ordres…), on se redirige vers un Mc Do, (détresse profonde) pour prendre un café, dégueulasse en passant.
La soirée se poursuit à Central Park, jusqu’au feu d’artifice symbolisant la nouvelle année, dans la bonne humeur générale.

CL9A2318
Feu d’artifice à NYC!

Le jour se lève sur la ville, qui s’éveille lentement. Les gens semblent moins pressés, l’éthanol rémanant dans leur petit corps ralentissant surement leur façon de vivre pour une unique journée à vitesse normale, transcendant le rythme effréné des 364 autres jours de leur année.
Brooklyn Bridge, un des plus anciens ponts des Etats-Unis, traversant l’East River et permettant ainsi à Manhattan de relier Brooklyn en un peu moins de 2km.
Impressionante structure d’acier et de cailloux. Des centaines de cordes et de poutres permettent au pont de supporter un flux constant de voitures, de vélos et de piétons. Et au milieu de tout ce gris, telle une lueur d’espoir et de folie, une grappe de ballons colorés.

Processed with VSCO with c1 preset
Brooklyn Bridge balloons
Processed with VSCO with f2 preset
Brooklyn bridge
IMG_d7403379ef61b70acefd82a9a7109531
Vue depuis le Brooklyn Bridge

Nous marchons ensuite dans le dédale des rues de New York, passons devant la librairie, si célèbre, apparaissant dans de nombreux films tels que « Le Jour d’Après », où les derniers humains assaillis par un froid pire que canadien (dans les films ça existe) se réfugient et y brûlent les derniers ouvrages pour survivre. La survie semble avoir un prix, celui du sacrifice de la connaissance. Snowzilla les poussera peut-être à le faire, qui sait ?!

Processed with VSCO with p5 preset
Library Way on 5th Ave

Je croise des moineaux, artefacts au gigantisme gris et imposant. Eux qui représentent la fragilité de la vie.

Processed with VSCO with c1 preset
Moineau domestique

Retour à l’essentiel, ou la dernière portion de nature qui m’appelle : Central Park. Je croise un Pic mineur, qui semble habitué au brouhaha distant de la ville autour de lui. Des moineaux encore, et puis un Quiscale bronzé. Le calme règne, étrangement on n’entend que quelques klaxons des taxis, contrairement à ce que je pensais. Les animaux sont donc enfermés dans leur cocon de nature, leur étui de quelques kilomètres carrés (bon ok, un peu plus de 300 hectares, je suis sudiste j’exagère okay), leur refuge au milieu de la forêt de buildings. Il s’agit d’un de premiers parcs urbains aux Etats-Unis, et fait intéressant (devrais-je rajouter, pour un naturaliste..), il possède l’une des dernières plantations d’ormes américains dans le nord-est des États-Unis. Il y en a environ 1 700, protégés par leur isolement de la graphiose,  maladie provoquée par un champignon parasite qui a ravagé la plupart des ormes américains entre 1928 et nos jours. Pas si bête donc, le parc au milieu de la ville. Une nouvelle espèce de grenouille propre à Central Park a d’ailleurs été découverte en 2014. La fragmentation des espaces naturels, nouveau créateur d’espèces! Comment ça je suis trop ironique?

CL9A0670
Pic mineur
CL9A1349
Moineau domestique
CL9A0676
Quiscale bronzé ( Quiscalus quiscula)
IMG_5fa93f0be4a37587cdcc6d512076af61
Terrain de base ball, Central Park

Enfin, dans le ciel, au dessus des skyscrapers, au dessus de la vie des hommes qui tentent d’atteindre le ciel,un faucon pèlerin.

CL9A0692
Faucon pèlerin

Ces oiseaux merveilleux réussissant à vivre ici malgré leur capacité à pouvoir partir quand ils le veulent, fascinants. Après s’être perdus dans Central Park, et avoir rencontré des écureuils gris plutôt farouche pour une raison inconnue, nous sommes montés dans un bus et avons traversé la ville en compagnie des new-yorkais à nouveau pressés (le répit fut de courte durée).

IMG_0630
Ecureuil gris
CL9A0601
Le centre, au loin
IMG_472ed1466df331d60eabb4ea35691e9a
New York, banlieue

En soirée nous sommes montés sur le ferry pour Staten Island, qui passe devant la statue de la liberté, parce que quand même, c’est un des classiques à New York et puis elle a été offerte par les français aux USA, tout ça (#chauvin). Plutôt par tourisme fénéant que par réelle envie, nous avons donc admiré cette statue de 46 mètres (93 avec le socle voyons donc!), soit disant symbole de la liberté d’expression aux Etats-Unis (#NSA ;)).

CL9A2682
Statue de la Liberté
Processed with VSCO with c1 preset
Manhattan vue de l’East River

Nous nous sommes baladés dans la nuit, sommes passés devant le Mémorial, et avons même vu une DeLorean. De retour vers Times Square via le fameux métro de New York pour voir ce qu’il en est de nuit, savoir si le jour est éternel dans cette ville qui ne dort jamais. Sans surprise, on s’y voit comme en plein jour, il y a autant de monde qu’à midi. Cette ville ne dormirait décidément pas?

CL9A2950
Memorial
Processed with VSCO with c1 preset
Métro New-yorkais
Processed with VSCO with p5 preset
DeLorean
CL9A0059
Times Square at night
Processed with VSCO with c1 preset
Times Square et une calèche

Bah non elle dort pas. La ville est aussi iridescente que le plumage d’un étourneau sansonnet. Je sais que cette comparaison parle au plus grand nombre, d’où ce choix fort judicieux 😉

Le lendemain on passera devant le Rockefeller Center et son sapin avec une étoile Swarovski aux milliers de cristaux, sans pouvoir monter en haut à cause de la foule. On se perdra à moitié dans les rues vides des downtowns, après avoir acheté des pralines grillées à un foodtruck. 

Processed with VSCO with f2 preset
Étoile Swarovski
Processed with VSCO with m5 preset
Près du centre des affaires

C’est ainsi que notre visite de New York s’est terminée, partant au loin de Manhattan avec une vue sur la ville au delà de l’Hudson River et avec des souvenirs… lumineux! (et énergivores)

Processed with VSCO with m5 preset
Manhattan

C’est comme cela que nous, petit humains insignifiants, sommes rentrés à Trois-Rivières notre QG. Portant un regard critique sur notre voyage, nous savons maintenant que nous aspirons aux grands espaces et à la nature. La certitude n’en est que plus savoureuse!

 

Publicités

5 commentaires sur “New York that big Apple

Ajouter un commentaire

  1. Wééééé, un nouvel article \o/\o/\o/

    Très belles photos (comme toujours en fait), un goût certain pour les détails, bravo ! J’aime toujours autant la façon dont tu racontes vos aventures.
    Et c’est marrant, j’ai immédiatement pensé au « Jour d’après » quand j’ai lu « bibliothèque » 🙂

    A bientôt,
    Samuel

    J'aime

  2. ça y est vous y êtes allés, New York City, « j’en ai révé, tu l’as fait!!!! » c’est quand même le royaume du gigantisme. c’est la folie, ça grouille, ça vit jour et nuit, jamais de signe de faiblesse, de fatigue, là-bas ? Il faudrait savoir après quoi ils courent ainsi et leur apprendre à prendre le temps de vivre, non ? ça serait pas mal, éteindre toutes ces lumières, les plonger dans un profond sommeil, ça leur ferait du bien et, à la planète aussi tu es de mon avis
    (les photos sont superbes)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :