Airlie Beach & changements de plans

Les koalas c’est super, mais quand l’opportunité d’avoir une semaine (hmm 6 jours) off s’est présentée, j’ai senti qu’il fallait accepter ! D’autant plus que j’avais la chance de partager mon voyage avec deux merveilleuse personnes : une travel buddy de longue date, avec qui j’ai fait du stop en Islande, dansé sous l’eau en Hongrie, mangé une banane à Split bref, voilà, et avec la meilleure apprentie chercheuse que je connaisse, qui a un avenir certain dans la recherche même si parfois elle en doute.

C’est ainsi que le dernier soir de mai nous nous sommes retrouvées à Sydney avec Sarah, puisque mademoiselle revenait d’un loooong voyage chez les kiwis, pour vivre une parenthèse colorée. À 4h du matin on a pris l’avion en direction du Queensland pour atterrir dans le plus petit aéroport que j’ai jamais vu : Proserpine, l’aéroport des Whitsundays. Aussitôt descendues sur le tarmac,  on commence à faire du stop pour partir de cet endroit perdu. Sur la route on commence à croiser des wallabies, pas de doute, nous sommes toujours en Australie!

Processed with VSCO with m3 preset
Si près du sol
IMG_9396
Agile wallaby (Macropus agilis)
IMG_9417
Un si joli papillon

Une voiture s’arrête rapidement et nos plans commencent déjà à changer : on devait se rendre sur le lieu d’un festival et finalement les gens super cools qui nous ont pris nous proposent de nous emmener jusqu’à Mackay. On accepte, parce que yolo. Après avoir fait les courses de la détresse pour la semaine on se met en quête de notre Couchsurfing qui habitait loin de tout : il est super sympa et on passe une soirée reposante bien que drôle en sa compagnie.

Processed with VSCO with f2 preset
Couchsurfing view

Le lendemain, on se remet en quête du graal de l’autostoppeur, cette voiture qui t’amènera là ou tu veux, jusqu’au bout du monde (bon en Australie on est déjà presque au bout du monde pour bien des gens). Et après une demi heure de pouce, contre toute attente, c’est un énorme truck qui s’arrête, un poids lourd, un 36 tonnes que dis-je mon capitaine, un camion! A peine le temps de se regarder avec Michèle que l’on se met à la poursuite du truck arrêté en warnings sur le bas coté de l’autoroute. Le conducteur est merveilleusement sympa, ils connaît l’Australie, a déjà vu un shitload d’animaux natifs  et nous transporte de Mackay à l’endroit du festival à bord de son immense véhicule.  Changer de perspective et voir la route de si haut était déroutant, et de fragile autostoppeurs nous étions devenues les maîtres de la route.

IMG_20170602_102117
Pare brise de Jean-Mich le 36 tonnes bienveillant

S’ensuivront trois jours de doof comme ils disent ici, au milieu d’un petit festival family friendly et bienveillant : le Happy Daze festival. Une cérémonie d’ouverture s’est ouverte sur un spectacle natif aborigène et après stalkage intensif des protagonistes sur l’internet 2.0, il s’agissait de vraies personnes natives, et de plus engagées politiquement pour la cause aborigène et non pas d’appropriation culturelle, ce qui fait plaisir à l’heure ou il serait possible de trouver un aborigène en « «  « tenue traditionnelle » » » n’importe où. Le dernier jour, on apprendra que ce n’est pas vraiment le dernier jour, et que la fête continue, alors dans un autre retournement de situation on reste !

 

Processed with VSCO with m3 preset
I do
IMG_9487
Sculpture de bois

Le lendemain on se remet en route en laissant derrière nous notre tipi dans lequel on se sentait si bien, et notre magnifique Aurore qui vivra bien d’autres aventures pour rentrer à Townsville.

C’est un papy dans son camping car qui s’arrêtera pour nous cette fois. Il avait fait le tour de l’Australie en stop dans sa jeunesse et vantait la beauté de son chez lui comme le plus bel endroit du monde, Daintree et sa forêt millénaire. Il nous dépose quelque part en nous disant que c’est le bon spot pour faire du stop, et nous, on suit. La voiture suivante est encore un papy mais plutôt grincheux cette fois, qui n’avait jamais pris d’autostoppeur avant et qui s’était arrêté parce que -oh mon dieu mais c’est si dangereux le stop en australie les filles toutes seules comme ca il fallait que je m’arrête- . Il finit par sourire et nous montrer ce qu’il peut des Whitsundays depuis la côte. Les traces du cyclone d’il y a quelques mois sont toujours visibles, les palmiers sont rabougris et tous les commerces sont fermés.

IMG_9609
Petite mangrove d’Arlie Beach

On passera la journée sur la plage à chercher les coquillages, discuter d’aujourd’hui, demain et dans cent cinquante ans au soleil couchant. Les bateaux de pêche rentrent au port et nous sommes toujours sans attache. Bien décidées à dormir sur la plage, on envoie quand même un message à un hôte Couchsurfing qui répond positivement contre toute attente !

Processed with VSCO with f2 preset
Envoyer un message
IMG_9534
Contempler
IMG_9596
une explosion de couleurs !
IMG_9590
Et  la nuit tombe

Cette merveilleuse personne (oui, une de plus) a éclairé notre soirée, et nous propose même d’aller plonger dans les Whitsundays…Mais notre avion est le lendemain. Cette fois, pas de changement de plan possible, je travaille le jour d’après et Sarah a son grand avion retour pour la France. La nuit tombée et allongées dans le noir on s’imagine rester ici pour toujours. Le lendemain on visitera la ville, des choses cocasses se passeront, et l’avion pour Sydney nous prendrons.

IMG_9600
Couchsurfing view 2

Finalement, moi aussi j’ai changé mes plans puisque l’année prochaine à la place d’une deuxième année de master, je continue mon aventure en Australie, dans le Queensland cette fois et pour le CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organization). Dans le cadre d’une césure, je serai en stage sur des thématiques de gestion en faveur de la protection de.. la Grande Barrière de Corail, qui, dead à 60%, n’a que de très minces chances de s’en sortir. Mais des gens s’efforcent quand même de trouver des solutions, et c’est avec eux que je vais travailler !

Publicités

4 commentaires sur “Airlie Beach & changements de plans

Ajouter un commentaire

  1. Tu es tellement choux! Cette histoire ne pouvait pas être mieux résumé ! Tu as raison,peut-être que la vie est bien un kiwi: on ne sait jamais si il va être bon ou pas, le hasard lance les dés et moi je suis tombé, sur des perles de lait. Louve ❤ A RE-FAIRE

    J'aime

  2. Content de savoir que tu restes plus longtemps en Australie, ça fera quelques articles de plus, et quelques nouvelles découvertes aussi ! Bon, et bien sûr, content de savoir qu’l reste encore des gens plein d’espoir !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :